Musée d'Art et d'Archéologie 04 71 45 46 10 // Muséum des Volcans 04 71 48 07 00

Contes de Faunes

Le Muséum des volcans raconte des histoires naturelles en conservant, entre autres, des collections de la faune locale. Les étudiants du lycée de la Communication Saint Géraud en classe de première année en formation design, mention matériaux, textile, savoir-faire et prospective, accompagnés de leurs professeurs se sont inspirés des contes avec des animaux, au point d’en construire une collection textile. leurs travaux de recherche sont présentés aux côtés des livres qui les ont inspirés pour offrir aux visiteurs une pause de lecture au sein d’une exposition où le fabuleux et le naturel se mélangent, s’hybrident

Étude faunement bête !
En suivant une démarche presque scientifique, ils ont d’abord étudié un animal. Un choix spontané, par affinité, parce qu’il était joli, ou mignon, ou majestueux, ou intrigant… Ils ont alors observé avec une attention particulière sa forme, ses
couleurs, les motifs et la texture de sa robe afin de mieux le connaître et s’inspirer de ce qui le constitue. Ces histoires graphiques, libérées de la ressemblance, inventent un catalogue animalier.

Il était une fois
L’animal, poilu, ventru, dodu, perdu, farfelu, têtu,ingénu, tordu, bourru, cornu, bossu, trapu… tout droit
sorti de l’imaginaire, revu et corrigé par ces designers textiles en herbe. Prétexte à des interprétations, ces créatures, rencontrées dans les contes de fée et revisitées à travers des productions singulières tendres ou cruelles, ont inspiré la création de gammes de papeterie déclinées autour de différents types de motifs.

Impression narrative
Dans la création textile, les histoires se racontent sur la toile de Jouy, scène de la vie quotidienne de personnages dans
des décors. Les contes animaliers font cela aussi. En retenant les passages les plus représentatifs, les élèves ont réalisé des toiles de Jouy pour les enfants qui aiment les contes.

Espace de faune !
Aujourd’hui les contes ont quitté les pages des livres, pour s’animer au cinéma et se vivre au théâtre. Ils ont gagné en
volume. Comment interpréter en un espace toute une histoire ? Peut-être en créant un espace évocateur, qui laisse
à chacun d’entre nous, d’entre vous, la possibilité de s’approprier la morale de tout conte.

Quoi de plus inspirant, quand on veut réaliser des surfaces textiles que de porter une attention particulière à l’espèce animale ? Empathie et mimétisme des mammifères, relation sociale, construction d’un habitat… mais surtout quelle boîte à idée formelle, texture, chromatique ?… L’animal n’a-t-il pas été une des premières représentations pariétales ? Nous entretenons avec lui un lien ancestral, l’intégrant dans nos mythes et contes fondateurs. Compagnons, tantôt humanisés, tantôt métamorphosés,… certains nous rassurent, nous protègent,… d’autres nous effraient, nous apprennent la peur…

© Photo : Lycée de la communication Saint-Géraud (extrait)

Empreintes et paysages, photographies d’Albert Monier

Empreintes et paysages, photographies d’Albert Monier

Du 6 avril 2018 au 6 janvier 2019
Muséum des volcans

Albert Monier (1915-1998) est né à Savignat dans le Cantal et si sa famille s’est installée très tôt à Pont-Audemer dans l’Eure, il a toujours gardé des liens étroits avec sa région d’origine. Venu à la photographie amateur par l’intérêt qu’il portait depuis son enfance à la carte postale, Albert Monier arpente avec attachement et sensibilité les paysages normands et auvergnats. C’est seulement en 1950 après être devenu photographe professionnel, qu’il s’établit à Paris afin d’organiser sa production de cartes postales, cœur de son activité . Elle nous permet aujourd’hui de connaître le regard sensible et original qu’il portait sur les hommes et les lieux. Albert Monier aimait jouer avec les formes, les ombres et les lumières, mais aussi surprendre avec ses contrepoints et ses sujets humbles.

L’important fonds de tirages argentiques et de négatifs de travail qu’Albert Monier a cédé au musée d’art et d’archéologie d’Aurillac dans les années 1980 a permis une étude inédite de son travail. Le photographe imprime son style, sa vision aux sujets qu’il fixe sur la surface photo-sensible, sa photographie est ainsi artistique. Mais il se fait aussi observateur de son environnement dès lors qu’il immobilise les lieux et les choses à un moment précis, sa photographie devient témoignage. L’exposition proposée au sein du muséum des volcans vous invite à porter votre attention sur ce discours sous-jacent des photographies d’Albert Monier, empreintes d’impressions et de paysages.

Une sélection de 42 photographies parmi les négatifs d’Albert Monier conservés dans les collections du musée d’art et d’archéologie.

ATTENTION : cette exposition n’est accessible qu’aux nouveaux horaires d’ouverture des musées.

Vous pouvez consulter ici le livret d’accompagnement de l’exposition :