Musée d'Art et d'Archéologie 04 71 45 46 10 // Muséum des Volcans 04 71 48 07 00

Eugène Jordan de Puyfol (1827-1891)

 

Etiquette, herbier d’Eugène Jordan de Puyfol, 1866

 

Né à Dôle dans le Jura , il se passionna dès l’enfance pour la botanique. Il fut soutenu et conseillé dans ses recherches par un membre de sa famille, Alexis Jordan, qui le mit en relation avec de nombreux botanistes et collecteurs. C’est ainsi qu’il put se créer une riche collection de plantes. Parallèlement, il herborisa lui-même dans le Jura ainsi que dans le Lyonnais et dans le Massif Central, notamment dans le Cantal. Il s’installa en effet après son mariage à Raulhac dans la propriété familiale de Courbelimagne. Il exerça le métier de juge de paix à Mur-de-Barrez dans l’Aveyron et sera maire de Raulhac.
Cet herbier, comptant 12 606 planches, est soigneusement classé dans 100 presses.
Chaque planche est minutieusement renseignée : localisation précise, altitude et type de terrain. L’abbé Coste, botaniste reconnu, effectua le classement précis de cet herbier après la mort d’Eugène Jordan de Puyfol et à la demande de la fille de celui-ci.
Les collections d’herbiers de la ville d’Aurillac sont répertoriées sous le sigle « AUR » dans l’Index Herbariorum publié à New York par l’International Association for Plant Taxonomy.

 

Les planches numérisées lors du programme e-recolnat sont associées à la base Sonnerat-BryoMyco.

 

 

 

Joseph Sérieys (1780-1860)

 « Portrait de Joseph Sérieys », par Eloy Chapsal Huile sur toile, 1843 – n° inv. 860.14.1

Joseph Sérieys appartenait à une famille de notaire aurillacois. Il reprit à l’âge de 31 ans la charge de son père et fut également au cours de sa carrière Président de la Chambre des Notaires d’Aurillac de 1828 à 1831, Suppléant de la Justice de Paix en 1833, mais aussi membre de la commission administrative de l’Hospice. Parallèlement, veuf précoce et sans descendance, il occupa ses loisirs par sa passion pour l’art. Il constitua ainsi une galerie d’oeuvres achetées lors des Salons parisiens. Joseph Sérieys qui commandait et négociait également directement auprés des peintres, fut ammené à entretenir des correspondances suivies avec des artistes comme Horace Vernet, Paul Delaroche ou encore Rosa Bonheur. Aimant partager sa passion, il ouvrait sa porte aux amateurs de peinture et édita même pour eux en 1847 un livret de visite. 
« Voulant contribuer, autant qu’il est en mon pouvoir, à développer le goût des Beaux-Arts dans ma ville natale… » C’est en ces termes que Joseph Sérieys lègue à la Ville d’Aurillac la majeure partie de sa collection et sur les 18 tableaux et 10 épreuves gravées, 9 font toujours partie des collections permanentes de peinture.

Okénite / Géologie

Okénite / Géologie

Dénomination : Okénite

Collecteur: Inconnu

Période : Entre 60 et 68 Millions d’années, âge des Trapps du Deccan (vaste province volcanique indienne) d’où proviendrait le spécimen

Lieu de collecte : Bombay, Inde (lieu supposé)

Matière et technique : Minéral

Dimensions de l’objet : 35 x 21 x 14 cm

Description : Boules d’Okénite en aiguilles et gyrolite tapissant une cavité basaltique (géode). L’okénite qui est un silicate calcique hydraté (phyllosilicate) est souvent associée aux zéolites dans les roches volcaniques.

Lieu de conservation : Salle N° 3 du Muséum des Volcans (Aurillac)

n° inv et sous domaine : 988.5.2 – Géologie / Minéralogie

Historique : Cette belle pièce minéralogique a été achetée en 1988 afin d’illustrer les minéraux pouvant cristalliser, de manière secondaire, dans les vésicules (anciennes bulles présentes dans la lave) des roches volcaniques. Ce specimen provient certainement d’un des gisements les plus connus d’Okénite, situé à Mombay (anciennement Bombay), Etat du Maharashtra en Inde

Indexation : Géologie – Minéraux – Roche Volcanique – Basalte – Okénite

Phonolite / Géologie

Phonolite / Géologie

Dénomination : Phonolite

Collecteur : Jean-Baptiste Rames

Age de l’échantillon : Miocène

Lieu et date de collecte : Noalhac, commune d’Aurillac,1863

Matière et technique : Roche

Dimensions de l’objet : 14 x 12 x 3 cm

Description : Plaque de phonolite ayant été probablement retaillée par Jean-Baptiste Rames. Cette plaque comporte une étiquette élliptique collée, écrite à l’encre noire par Rames « Phonolite au dessus de Noalhac près Aurillac (Cantal) Mars 1863. »

Lieu de conservation : Réserve géologique du Muséum des Volcans (Aurillac)

n° inv et sous domaine : 02-4-60 – Géologie / Pétrographie – collection Jean-Baptiste Rames

Historique : Cet échantillon de roche volcanique fait partie des quelques trentaines (?) de roches dont la date d’échantillonnage sur le terrain est connue (1863). Elle correspond au début de cette période d’une dizaine d’années pendant laquelle J-B Rames a sillonné le Cantal (les « courses ») et échantillonné de nombreuses formations géologiques. En 1873, il fera paraitre « Géogénie du Cantal » dans lequel il exposera ses idées sur l’histoire géologique de ce département et plus particulièrement sur la chronologie de l’histoire du massif volcanique du Cantal. Ses collections seront acquises par la municipalité d’Aurillac en 1897 et exposées dans le Musée Rames à partir de 1902.

Indexation : Géologie – Roche Volcanique – Phonolite – Jean-Baptiste Rames – Aurillac

Molaire de Dinotherium Giganteum / Géologie

Molaire de Dinotherium Giganteum / Géologie

Dénomination : Molaire de Dinotherium Giganteum (Kaup, 1825)

Collecteur : Mailhes

Période: Miocène

Lieu et date de collecte : Puy de Coissy , commune d’Aurillac, 1834

Matière et technique : Matière minéral – fossile

Dimensions de l’objet : 9 x 8 x 7 cm

Description : Molaire de Deinothérium Giganteum. Couronne parfaitement préservée avec racines partiellement conservées. Présence au dessous de la dent, du sceau d’Aurillac et de traces de résine et de colle.

Lieu de conservation : Salle d’exposition permanente – Muséum des Volcans

n° inv et sous domaine : 02-6-4716 – Géologie / Paléontologie – Collection Mailes

Historique : Cette dent a été trouvée en 1834 au dessus du domaine de Barrat par le bibliothécaire du collège Jeanne de la Treilhe (Aurillac) dans des sables alluvionaux quartzifères, sous ( ou dans ?) les formations volcaniques du Puy Courny.

Cette dent pourrait correspondre à la figure présentée dans l’ouvrage de J-B Bouillet « Description historique et scientifique de la Haute Auvergne » (1834, planche 14).

Cette espèce, autrefois décrite comme une sorte de tapir gigantesque par Cuvier d’après les molaires trouvés, a été décrite pour la première fois par Kaup en 1825, c’est à dire quelques années seulement avant la découverte faite dans le Cantal. Cette dent est probablement exposée dans les musées d’Aurillac depuis sa découverte en 1834. Elle est citée et représentée dans l’ouvrage de Marcellin Boule datant de 1896 « Le Cantal miocène ».

Indexation : Paléontologie – Fossile – Deinothérium – Molaire – Aurillac – Mailhes

Chouette hulotte / Zoologie

Chouette hulotte

 

Dénomination :    Chouette hulotte, Strix aluco Linnaeus, Strigidés
Collecteur :          Collectionneur privé
Période :              2e moitié du 20e siècle

Lieu et date de collecte : France, avant 1987
Matière et technique : Animal naturalisé
Dimensions : L. : 13 cm ; l. : 4 cm ; H. : 8,5 cm
Description : Chouette posée sur son socle en position d’observation.
Lieu de conservation : Réserve de biologie – Muséum des Volcans
n° inv et domaine : 986.1.150 – Zoologie

Historique :
Cette collection qui constitue aujourd’hui en grande partie la collection zoologique du Muséum des Volcans a été acheté à un collectionneur privé en 1986. Les oiseaux ont tous été prélevés et naturalisés par cet amateur passionné. Lors de son acquisition cet ensemble des oiseaux protégés, la ville d’Aurillac a donc du obtenir une autorisation des services de l’Etat chargés de l’environnement pour se conformer à la Loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature. Aujourd’hui encore, l’entrée d’animaux protégés dans les collections est soumise à la même obligation.

Indexation : Oiseau – Rapace – Chouette – Taxidermie – Sanmiquel